T-Love

T-love

De son vrai nom Taura Taylor, T-Love n’a rien de la bombe sexuelle du hip-hop, plus branchée qu’elle est par les spoken words et l’héritage littéraire de James Baldwin, entre autres, que lui ont transmis ses parents, comme par sa passion pour la musique soul des années 70, legs de sa tante cette fois, qui fut une des Ikettes qui accompagnaient Ike & Tina Turner. Originaire de la Côte Ouest des États-Unis (South Central à Los Angeles précisément), elle est souvent présentée comme un raccourci entre Lauryn Hill et Jill Scott. On pourrait tout aussi bien évoquer les noms d’Erykah Badu, mais aussi de Jurassic Five, sans en faire pour autant une énième diva de la nu soul. Alternative plus que convaincante au gangsta rap qui truste les charts, T-Love invente un style lascif à l’envi, mis en valeur par J Dilla de Slum Village et The Herbalizer, sans jamais perdre de vue non plus son engagement. (Source: http://www.amazon.fr/Long-Way-Back-T-Love/dp/B00006JKRP)

T-Love bien que méconnue dans nos contrées a une carrière déjà bien chargée dans le monde du hip hop et l’industrie du disque. En effet avant d’être artiste elle débuta une carrière de journaliste pour les magasines désormais bien connus The Source et Vibe, pour lesquels elle interviewera quelques-unes des têtes d’affiches hip hop de l’époque comme De La Soul, les Beastie Boys ou bien Snoop Doggy Dogg. Elle sortira par la suite un livre sur la scène hip hop de Los Angeles d’où elle est originaire mais surtout créa son propre label en 1998 : Pickininny Records sur lequel elle sortit le premier LP éponyme des Jurassic 5 et son propre EP intitulé « Return Of The B-Girl » avec les apparitions de Kool Keith et Chali 2na des J5, très bien accueillis par la critique de l’époque. Autant dire que T-Love connaît bien le monde du hip hop et possède une liste de contacts assez conséquente. Après s’être exilée quelques temps en Angleterre où elle rencontra une nouvelle source de fans dévoués à sa cause et Olli Teeba (la moitié des Hebaliser), elle décide de se remettre à la tâche pour un véritable premier album. (Source: http://www.hiphopcore.net/chroniques/220-t-love-long-way-back.html)

Return of the B-Girl feat. Kool Keith & This Kid Named Miles (Return Of The B-Girl EP (1998))

Seven (Long Way Back (2003))

Long Way Back feat. Dwele (Long Way Back (2003))

Jazz Liberatoz feat. T-Love – Force Be With You (Force Be With You (2005))

Definition Of A Yee Yee (Definition Of A Yee Yee / Foolish Pride EP (2007))

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s